Les jeunes Québécois les moins instruits au Canada

Une équipe de chercheurs à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) révèle que les Québécois sont loin derrière par rapport à la moyenne de scolarité pour notre pays. Le phénomène s’explique en grande partie par un taux de décrochage alarmant chez les jeunes de 15 à 17 ans. Selon l’étude menée par Gabrielle Labonté, un élève du niveau secondaire sur deux aurait déjà pensé abandonner l’école. « C’est inacceptable », a commenté la chercheuse. « De penser que nos jeunes ne veulent pas s’instruire et préfèrent passer leurs temps libres sur Farmville à traire des vaches virtuelles ou fertiliser les plantations de leurs amis, ça démontre
à quel point notre génération ne croit plus aux institutions scolaires actuelles. »

Madame Labonté croit que pour se hisser hors du gouffre de l’ignorance, le gouvernement devrait adopter une stratégie qui encourage la relève à ne pas quitter l’école avant d’avoir obtenu au moins un diplôme : « On sait que les jeunes d’aujourd’hui raffolent des jeux vidéo. Le gouvernement du Québec devrait offrir à chaque diplômé un ordinateur dernier cri pour les motiver à bien performer en classe. » Une idée qui ne fait pas l’unanimité dans les commissions scolaires, comme l’a dénoncé Suzanne Jolicoeur : « On commencera pas à placer une carotte au bout d’une corde pour faire avancer nos élèves. Leurs parents devraient les motiver à réussir, pas nous. »

Au Canada, 65% des citoyens ont obtenu un diplôme post-secondaire. Au Québec, c’est seulement 45% des citoyens qui en ont obtenu un. Depuis plusieurs années, notre gouvernement s’efforce à colmater cette brèche par le biais de campagnes publicitaires et d’outils offerts aux professeurs, aux parents et aux élèves. Toutefois, ces moyens ne semblent pas porter fruit car les résultats tardent à se faire sentir. « Je crois que les élèves ne se sentent plus obligés d’aller à l’école pour réussir », a indiqué un professeur ayant voulu conserver l’anonymat. « Dans mes cours, ils ne me regardent même plus et ne font que s’envoyer des textos entre-eux ou s’amusent avec des applications cellulaires. C’est fâchant. »

  • Chris

    Le texte et écrit comme si le Quebec ne faisant pas partis du Canada,Pourquoi?

    Je suis francais et en France c’est Région,Département,Ville.

    ( moi je vie en Angleterre je chercher un truc pour lire de l’anglais et j’ai découvert votre site, que je fréquente souvent,cool, hein!)

    Et pour le Quebec est ce que c’est Canada,Quebec,Ville ?

    Et le Quebec est-il un état ?

    Y’a t-il que des francophones a Québec

    Donc pour faire simple c’est les état unis Canadiens. ;-)

    • http://profile.yahoo.com/WOGEVZ6UNJR7VFUVAV5TRDCYBA Bertrand

      Presque, ici c’est État, province et territoire, Région administrative, ville. Le provinciale et le fédérale ont chacun leurs domaines, mais parfois ils s’entremêlent. Mais de ce fait, il y a des provinces qui fontionnent de facon très différente des autres. Si je me trompe guère les territoire sont indépendant sur certain point du fédéral

  • Abaslepcul

    Le gouvernement du Québec encourage la dépendance sur l’État, la médiocrité et est lui-même irresponsable et pétulant au sein de la confédération canadienne. Les politiques xénophobes et le nombrilisme encouragés par le régime de Marie-Antoinette Marois ne font rien pour aider. Rien de moins qu’une refonte complète du soi-disant modèle québécois, un échec total, et l’abandon du cauchemar d’une république bananière sur le bord du Sain-Laurent ne suffiront pour redresser cette province en recul.

  • http://ThierryAlexandre.info/ Thierry Alexandre

    Interdiction de cellulaire dans les classes? Moi je crois plus que c’est la discipline qui n’existe plus dans nos écoles et dans les familles. Soyons honnêtes, l’école secondaire c’est d’un ennui torride parce que les études secondaires se définissent par un apprentissage générale, et donc, qui, en principe, ne touche pas toujours les points d’intérêt des étudiants. Le seule truc intéressant au secondaire, c’est les amis et les activités parascolaires.

    Sans discipline, il me semble que moi aussi j’aurais décroché à l’époque. Je remercie d’ailleurs ma mère pour avoir si souvent mis l’emphase sur l’importance de faire mes travaux….

    Mais aussi… il y a Internet…..

    Ce serait intéressant de voir combien d’enfants disent faire leur devoir sur l’ordi et de voir combien d’enfant le font réellement.

    Ce serait intéressant de voir combien d’enfants disent faire des recherches sur internet et de voir combien de ces enfants ont quitté leur Facebook pour réellement faire leurs recherches.

    Je crois que les parents ont un énorme rôle à jouer là-dedans. À l’heure du web, il est tellement plus facile d’écouter des vidéos youtube que de faire une recherche sur Wikipedia. Dire aux enfants de faire leurs devoirs ne suffit plus.

    Moi, pour moi, je crois que beaucoup d’étudiants ne sont pas assez suivis et assez disciplinés. En faisant «semblant» de faire les travaux, les étudiants se met en retard. En se mettant en retard, ils ne comprennent pas, en ne comprenant pas, ils se sentent idiots, en se sentant idiots, ils veulent décrocher….

    Je ne sais pas si, moi, au secondaire, j’aurais fait aussi assidûment mes travaux si à la place de mes feuilles de papiers, mon crayon et mes bouquins empruntés à la bibliothèque, j’avais eu un portable avec Internet.

    Aussi, on parle du reste du Canada… J’ai passé deux ans de secondaire dans le reste du Canada… et vous saviez ce qui m’a le plus frappé?

    Dans une école publique, ils étaient fiers des gens qui avaient des bons résultats. Ils étaient fiers des réalisations que leurs élèves faisaient… Et non seulement ils étaient fiers mais ils investissaient dans leurs projets et il ne fallait pas grand chose.

    Ici on a des bons résultats. Rien.

  • Daniel Roy

    Le Québec doit devenir un pays!

    • FUCKLEQUEBEC

      Bonne idee. Je n’en veux plus de cette pourriture associee a mon pays, le Canada