hacker

Suites aux révélations d’espionnage de la National Security Agency (NSA) en Allemagne, le groupe de pirates informatiques Chaos Computer Club et la Ligue internationale des droits de l’homme au pays intentent une poursuite contre leur gouvernement. La plainte au criminel a été acheminée aux procureurs fédéraux : selon ses auteurs, la chancelière Angela Merkel, son gouvernement et ses responsables de la sécurité ont toléré voire aidé les membres de l’agence  américaine NSA et de l’agence britannique GCHQ à espionner les citoyens allemands.

Des documents révélateurs

C’est grâce aux documents partagés par Edward Snowden, cet informaticien américain et ancien employé de la NSA et de la CIA, que les deux groupes ont obtenu la preuve d’un sérieux problème au sein du gouvernement. Les documents font état d’une surveillance étroite du contenu partagé par les citoyens allemands : messages publiés sur les réseaux sociaux, appels et courriels seraient scrutés à la loupe, au-delà des limites établies par la loi du pays.

« Par l’entremise de cette plainte au criminal, nous espérons que le Procureur général fédéral amorce enfin son enquête auprès du gouvernement allemand », a déclaré le Chaos Computer Club dans un communiqué officiel. Ce groupe de hackers, autoproclamé comme le plus important de toute l’Europe, expose souvent des failles dans les systèmes de sécurité informatique et mène des campagnes visant à améliorer les droits relatifs à la vie privée.

Le gouvernement ne bronche pas

De son côté, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, s’est contenté de dire que « tout le monde en Allemagne peut déposer une plainte au criminel », refusant ainsi de donner suite au Chaos Computer Club et à la Ligue internationale des droits de l’homme. L’opposition accuse le gouvernement de ne pas appliquer suffisamment de pression sur Washington par peur de mettre en péril les relations diplomatiques et les services de renseignements entre les deux pays.

Les procureurs fédéraux considéraient ouvrir une enquête au sujet de l’espionnage de la NSA depuis des mois. La nouvelle plainte pourrait donc servir de tremplin. Une histoire à suivre.